المربي المتميز
نحمد الله لكم ونرحب بكم في منتديات المربي المتميز ، منتديات التربية و التعليم بشار/الجزائر
تحيات صاحب المنتدى: الزبير بلمامون
يرجى التكرم بالدخول إن كنت واحدا من أعضائنا
أو التسجيل إن لم تكونوا كذلك وترغبون في الانضمام إلي أسرة منتدانا

شكرا ، لكم ، إدارة المنتدى
المواضيع الأخيرة
» جزائري ونص
من طرف abdelouahed اليوم في 12:58 pm

» لو قال الانسان في كل يوم ...
من طرف abdelouahed الخميس نوفمبر 16, 2017 2:00 pm

» لو بلغت ذنوبك عنان السماء !
من طرف abdelouahed الخميس نوفمبر 16, 2017 1:45 pm

» الخبر نزل عليها كالصاعقة
من طرف abdelouahed الأربعاء نوفمبر 15, 2017 9:30 am

» كتاب الاب الغني والاب الفقير ملخص الكتاب صوتي
من طرف بلمامون الثلاثاء نوفمبر 14, 2017 8:45 pm

» كتاب معين للتغيير من حرك قطعة الجبن الخاصة بي؟
من طرف بلمامون الثلاثاء نوفمبر 14, 2017 8:38 pm

» 12 نصيحة لجعل الموظفين يقدمون افضل مالديهم
من طرف بلمامون الثلاثاء نوفمبر 14, 2017 8:32 pm

» على قدر أهل العرس تأتي العزائم
من طرف abdelouahed الثلاثاء نوفمبر 14, 2017 7:45 pm

» أقوال خلدها التاريخ
من طرف abdelouahed الثلاثاء نوفمبر 14, 2017 8:59 am

» لا تبيع نفسك للفشل
من طرف ilyes70 الإثنين نوفمبر 13, 2017 10:06 pm

أفضل 10 أعضاء في هذا المنتدى
بلمامون - 8708
 
محمود العمري - 4586
 
abdelouahed - 1865
 
ilyes70 - 1472
 
hamou666 - 902
 
متميز - 831
 
fayzi - 522
 
زكراوي بشير - 449
 
assem - 428
 
inas - 399
 


La féminisation de l'enseignement

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل

ABBOUD
عضو متميز
عضو متميز
عدد المساهمات : 220
تاريخ التسجيل : 29/12/2010

مُساهمةABBOUD في الثلاثاء أكتوبر 30, 2012 12:37 pm

J’ai l’honneur de soumettre à votre réflexion un article du journal français Le Figaro qui aborde la question de la féminisation de l’enseignement en présentant ses causes et ses conséquences.

Le constat :
Les femmes sont trop nombreuses dans les établissements scolaires. Pour restaurer l'autorité en classe, il est urgent de renforcer la présence d'enseignants masculins, capables de montrer à la fois « force et sensibilité ».
En France, dans l'entourage du chef de l'État, on juge qu'il y a « trop de femmes enseignantes » et qu'il faut tendre vers « davantage d'équilibre » sur ce point. « En réformant ce métier, en offrant un salaire de cadre, nous espérons attirer davantage d'hommes. Beaucoup de femmes viennent à l'enseignement pour des raisons d'équilibre de vie. Elles prennent beaucoup de mi-temps, ce qui pose des problèmes d'organisation. Nous voulons des professeurs investis à 100%, mieux payés mais plus présents dans les écoles », explique-t-on.
Le choix du métier :
À l'instar des autres pays occidentaux, la France connaît un taux de féminisation grandissant de ses enseignants depuis soixante ans. Dans l'enseignement primaire, le pourcentage qui était de 65% en 1954, dépasse désormais les 82%. Il atteint même 91% dans l'enseignement privé! Dans l'enseignement secondaire, cet écart reste aussi important, quoique moins impressionnant. On connaît les causes de ce déséquilibre. Les hommes se sont détournés de ce métier parce qu'il s'est dévalorisé. Et les disciplines universitaires plus volontiers scientifiques dans lesquels s'inscrivent les jeunes hommes leur ouvrent des possibilités professionnelles plus rémunératrices que le professorat. Parmi les motifs qui ont entraîné leurs choix de devenir enseignant, les femmes citent plus volontiers « le désir de s'occuper d'enfants », « l'équilibre entre leur vie professionnelle et leur vie privée » et « la vocation », alors que les hommes évoquent plus souvent « l'exercice d'un métier de service public ».
Eviter la féminisation totale :
Un équilibre de la représentation hommes-femmes paraît nécessaire. Une féminisation totale donne une représentation partielle de la société aux élèves. Pendant leur scolarité, les garçons ne rencontrent plus de modèles masculins auxquels ils peuvent s'identifier.
Serait-ce pour cette raison qu'ils réussissent moins bien que les filles à l'école? Plus turbulents, ils redoublent davantage et sont moins nombreux à décrocher le BAC. Ceux qui ont le plus de difficultés à l'école sont les jeunes qui sont les plus attachés aux stéréotypes sexuels traditionnels et qui proviennent d'un milieu défavorisé. « Ces derniers contestent parfois l'autorité des professeurs femmes », affirme une professeur de français. Les observateurs s'accordent en tout cas pour regretter le peu d'hommes à l'école, ne serait-ce que pour inverser l'idée selon laquelle cette dernière est devenue une « affaire de femmes ».
Par Marie-Estelle Pech


استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة

Create an account or log in to leave a reply

You need to be a member in order to leave a reply.

Create an account

Join our community by creating a new account. It's easy!


Create a new account

Log in

Already have an account? No problem, log in here.


Log in

 
صلاحيات هذا المنتدى:
لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى